Contact

DYSPNÉE

Introduction

La dyspnée est une expérience subjective d’inconfort respiratoire qui résulte de l’interaction de composantes physiologiques, psychologiques, sociales et environnementales.

Elle peut être présente en l’absence de signes cliniques ou d’anomalies biologiques ou radiologiques. Pour évaluer sa présence et son intensité, il faut interroger le patient (ou l’observer s’il est incapable de s’exprimer).

C’est un symptôme fréquent, qui concerne avant tout les patients atteints d’une pathologie respiratoire chronique terminale (95 %), mais aussi ceux qui souffrent d’une pathologie néoplasique avancée (70 %) ainsi que ceux qui souffrent d’une insuffisance cardiaque terminale (60 %).

Son impact et l’inconfort qu’elle entraîne sont souvent sous-estimés. Elle est source d’angoisse pour le patient et l’entourage, et peut être accompagnée d’un encombrement bronchique, de toux, d’hémoptysie, de douleur, de fièvre, de fatigue, d’insomnie et de dépression. Elle réduit l’autonomie, altère la qualité de vie et isole socialement le patient.

La dyspnée peut être constante ou survenir sous forme de crise. Elle peut être déclenchée ou majorée par une activité physique ou un facteur émotionnel et peut conduire à une détresse respiratoire.

Sa survenue en cas de cancer avancé est associée à une faible espérance de vie.

Évaluation

Le but de l’évaluation est de diagnostiquer le symptôme, d’en évaluer la sévérité et les conséquences, et d’en déterminer si possible la (les) cause(s). Ces différents éléments permettent d’orienter le plan thérapeutique.

• Interroger le patient sur la sévérité de la dyspnée, éventuellement à l’aide d’une échelle numérique ou d’une échelle visuelle analogique.

• Explorer auprès du patient et de son entourage les représentations et les peurs liées à la dyspnée.

• Rechercher les symptômes associés ainsi que les facteurs précipitants ou aggravants.

• Évaluer l’impact de la dyspnée sur les capacités fonctionnelles et la qualité de vie du patient.

• Compléter l’évaluation par un examen détaillé du dossier médical, une anamnèse et un examen clinique pour déterminer, si possible, la ou les causes de la dyspnée (en fin de vie, elles sont souvent multiples).

• Repérer les causes qui pourraient être réversibles (infection, anémie, embolie pulmonaire, bronchospasme, épanchement pleural, ascite, etc.) en réalisant, s’il y a un bénéfice clinique potentiel, des investigations complémentaires.

• Chez un patient incapable de s’exprimer, relever les signes cliniques qui pourraient refléter l’existence d’une dyspnée (p.ex. modification du rythme ou de l’amplitude respiratoire, utilisation des muscles accessoires, cyanose, transpiration, agitation, etc.).

• Rechercher les signes qui font du traitement de la dyspnée une urgence : stridor, tachypnée (> 30 respirations par minute), altération de l’état de conscience, etc.

Boîte à outils

Étiologies courantes d’une
dyspnée en soins palliatifs

Démarche thérapeutique

Principes de base

• Recourir aux traitements étiologiques (p.ex. antibiothérapie, transfusion, anticoagulothérapie, ponction pleurale, etc.) chaque fois que le contexte clinique le permet, avec l’accord du patient et en évaluant le bénéfice pour le confort du patient et sa qualité de vie.

• Prendre éventuellement l’avis d’un spécialiste (p.ex. oncologue, pneumologue, cardiologue, neurologue, etc.) afin de s’assurer que toutes les approches étiologiques ont été explorées.

• Lorsque les thérapeutiques étiologiques sont épuisées, s’appuyer exclusivement sur les mesures symptomatiques pour calmer la sensation d’étouffer et l’angoisse.

• Individualiser le traitement, le discuter au cas par cas et le réévaluer régulièrement.

• Favoriser la prise en charge multidisciplinaire (médecin, infirmier, kinésithérapeute, ergothérapeute, diététicien, etc).

• Rechercher et traiter les symptômes qui peuvent majorer la dyspnée (p.ex. anxiété, douleur, fièvre, constipation, etc.).

MESURES NON PHARMACOLOGIQUES

• Donner au patient et à son entourage des explications claires et suffisantes, qui leur permettent de comprendre les causes de la dyspnée et la manière dont elle peut être soulagée.

• Offrir une écoute active, ouvrir la discussion avec le patient sur les peurs et les risques qu’il encourt, aborder, si le contexte le justifie, la question de la sédation et offrir un support émotionnel.

• Assurer une présence apaisante et rassurante dans les moments de crise.

• Aménager le lieu de vie (p.ex. lit au rez-de-chaussée, chaise roulante ou chaise percée) et prévoir une aide pour les activités de la vie journalière, afin que le patient puisse préserver son autonomie sans puiser dans sa réserve ventilatoire, et réorienter son énergie vers ce qu’il juge essentiel.

• Créer une atmosphère calme avec un espace suffisant autour du patient.

• Aérer la chambre (porte ou fenêtre entrouverte), ventiler le visage du patient (stimulation du nerf V2).

• Veiller au confort vestimentaire (vêtements amples).

• Installer le patient dans la position qui lui convient le mieux (semi-assis, décubitus sur le côté de l’épanchement pleural, etc.)

• Bien hydrater les lèvres et les muqueuses buccales.

• Proposer des techniques de relaxation et de contrôle de la respiration, avec l’aide d’un kinésithérapeute.

OXYGÉNOTHÉRAPIE À VISÉE SYMPTOMATIQUE

• A réserver aux patients qui se plaignent d’une dyspnée et ceux qui en ont éprouvé un bénéfice antérieurement en terme de confort. Un souffle d’air frais dirigé sur le visage est aussi efficace qu’une administration d’oxygène chez les patients cancéreux non hypoxémiques.

• Faire un test thérapeutique, évaluer l’efficacité et poursuivre uniquement si amélioration du symptôme.

• Ne pas se fier à une mesure de la saturation car il n’y a pas de corrélation entre la présence d’une dyspnée et la sévérité de l’hypoxémie.

• Administrer par lunettes (souvent mieux tolérées) ou au masque, à un débit adapté à la pathologie (prudence chez le patient BPCO) et à la clinique, en continu ou de manière intermittente.

• Peut assécher les muqueuses et entraîner une dépendance psychologique.

• Limiter le risque de dépendance en informant le patient du principe du test thérapeutique et de la possibilité d’une administration intermittente.

• Pour un patient qui séjourne à domicile et bénéficie du statut palliatif, noter sur la prescription le type d’oxygénothérapie demandée (p.ex. oxyconcentrateur), la période (maximum 1 mois, renouvelable de manière illimitée), le dosage (litres/minute et nombre d’heures/jour), l’humidificateur, la bouteille de réserve de 1 m³ et la mention « tiers payant applicable ».

MESURES PHARMACOLOGIQUES
Opioïdes

• Ce sont les médicaments dont l’efficacité sur la dyspnée est la mieux établie. Leur place est clairement démontrée pour les patients cancéreux et BPCO, un peu moins pour les insuffisants cardiaques.

• Ils atténuent la sensation de respiration difficile au repos. Leur rôle dans le soulagement d’une dyspnée à l’effort est plus controversé.

• Ils ne dépriment pas le centre respiratoire et ne raccourcissent pas la durée de vie s’ils sont introduits à faible dose et s’ils sont titrés prudemment.

• Leurs effets secondaires (constipation, nausées, etc) sont anticipés et gérés comme lorsque la morphine est prescrite à titre antalgique.

• La morphine est l’opioïde qui a été le mieux étudié dans cette indication.

•En cas de contre-indication ou de toxicité intolérable, la morphine peut être remplacée par un autre opioide (p.ex. hydromorphone, fentanyl, oxycodone) mais la place de ces derniers n’a pas encore pu être bien documentée.

Il est recommandé d’une manière générale de/d’ :

• utiliser comme dose initiale

– patient naïf d’opioïde : morphine 15 à 30 mg/jour po ;

– patient sous opioïde à titre antalgique : + 25 à 50 % de la dose antérieure ;

– patient âgé, fragile, BPCO, insuffisant rénal, etc. : réduire la posologie.

• prévoir des entredoses

– 1/10ième de la dose de 24 h, toutes les 4 h, ou toutes les 2 h sous surveillance médicale ;

• effectuer une titration par palier de 25 à 50 %, en fonction de la réponse clinique ;

• privilégier la voie orale. Les formes à libération immédiate ou retardée peuvent être utilisées. La voie parentérale est utile en cas d’urgence. L’efficacité de la morphine par aérosol est controversée.

Anxiolytiques

Les benzodiazépines ne sont pas indiquées en première intention dans le traitement symptomatique de la dyspnée. Elles sont utilisées en association avec la morphine, pour traiter l’anxiété et gérer les crises de panique respiratoire. Elles peuvent également être administrées en cas d’échec d’un opioïde seul.

• Choisir de préférence une benzodiazépine à demi-vie courte.

• Adapter la posologie à la situation clinique et titrer.

• Prévoir des entredoses.

• Crise de panique respiratoire

Alprazolam : 0,25 à 1 mg po

Lorazépam : 0,5 à 2 mg po

Midazolam : 1 à 5 mg sc ou iv

• Anxiété chronique

Alprazolam : 0,25 à 1 mg toutes les 4 à 6 h po ou 1 à 2 mg toutes les 12 h po (sous forme retard)

Lorazépam : 0,5 à 2 mg toutes les 6 à 8 h po, sc ou iv

• Remplacer éventuellement la benzodiazépine par un neuroleptique sédatif chez le patient présentant simultanément une anxiété et une confusion.

Autres médicaments

 

CORTICOÏDES

• Utiles en cas de composante inflammatoire : compression tumorale, syndrome cave supérieur, lymphangite carcinomateuse, fibrose pulmonaire, exacerbation de BPCO, etc.

• Dexaméthasone (5 à 10 mg/jour po, sc ou iv) ou méthylprednisolone (32 à 64 mg/jour po ou iv).

• Administrer le corticoïde de préférence en début de journée.

• Évaluer l’efficacité après une semaine, arrêter complètement le médicament s’il est inefficace ou réduire graduellement sa posologie jusqu’à la dose minimale efficace.

• Associer la prise à celle d’un inhibiteur de la pompe à protons chez les patients traités par un anticoagulant, un AINS ou en cas d’antécédent d’ulcère gastroduodénal.

 

AÉROSOLS BRONCHODILATATEURS

• Utiles en cas de bronchospasme : BPCO, etc.

• Évaluer l’efficacité et interrompre s’il n’y a pas de bénéfice symptomatique.

 

DIURÉTIQUES

• Utiles en cas de composante cardiaque.

• Faire un test au furosémide, évaluer l’efficacité et interrompre s’il n’y a pas de bénéfice symptomatique.

 

ANTICHOLINERGIQUES

• Utiles en cas d’encombrement bronchique.

 

En cas de dyspnée réfractaire, envisager une sédation palliative.

Références

 

pallialine.be         Scottish Palliative Care Guidelines

 

Littérature

Abermethy AP, Mc Donald CF, Frith PA et al. Effect of palliative oxygen versus room air in relief of breathlessness in patients with refractory dyspnoea: a double-blind, randomised controlled trial. Lancet. 2010; 376(9749): 784-793.

Barnes H, Mc Donald J, Smallwood N et al. Opioids for the palliation of refractory breathlessness in adults with advanced disease and terminal illness. Cochrane Database Syst Rev. 2016; 3: CD011008.

Ben-Aharon I, Gafter-Gvili A, Leibovici L et al. Interventions for alleviating cancer-related dyspnea : a systematic review and meta-analysis. Acta Oncol. 2012; 51(8): 996-1008.

Chan KS, Tse DMW, Sham MMK. Dyspnoea and other respiratory symptoms in palliative care. In Oxford Textbook of Palliative Medicine, fifth edition. Oxford University Press. 2015; 421-434.

Coyne PJ, Viswanathan R, Smith TJ. Nebulized fentanyl citrate improves patients’ perception of breathing, respiratory rate, and oxygen saturation in dyspnea. J Pain Symptom Manage. 2002; 23(2): 157-160.

Ekström M, Ahmadi Z, Bornefalk-Hermanssou A. Oxygen for breathlessness in patients with chronic obstructive pulmonary disease who do not qualify for home oxygen therapy. Cochrane Database Syst Rev. 2016; 11: CD006429.

Gomutbura P, O’Riordan DL, Pantilat SZ. Management of moderate-to-severe dyspnea in hospitalized patients receiving palliative care. J Pain Symptom Manage. 2013; 45(5): 885-891.

Hardinge M, Annandale J, Bourne S et al. British Thoracic Society guidelines for home oxygen use in adults. Thorax. 2015; 70(1): i1-i43.

Jennings AL, Davies AN, Higgins JP et al. A systematic review of the use of opioids in the management of dysnoea. Thorax. 2002; 57(11): 939-944.

Johnson MJ, Hui D, Currow DC. Opioids, Exertion, and Dyspnea: A review of the Evidence. Am J Hosp Palliat Care. 2016; 33(2): 194-200.

Kawabata M, Kaneishi K. Continuous subcutaneous infusion of compound oxycodone for the relief of dyspnea in patients with terminally ill cancer: a retrospective study. Am J Hosp Palliat Care. 2013; 30(3): 305-311.

Kloke M, Cherny N. Treatment of dyspnoea in advanced cancer patients: ESMO Clinical Practice Guidelines. Ann Oncol. 2015; 26(5): v169-v173.

Mahler DA, Selecky PA, Harrod CG et al. American College of Chest Physicians Consensus Statement on the Management of Dyspnea in Patients with Advanced Lung or Heart Disease. Chest. 2010; 137(3): 674-691.

Qaseem A, Snow V, Shekelle P et al. Evidence-based interventions to improve the palliative care of pain, dyspnea and depression at the end of life: a clinical practice guideline from the American College of Physicians. Ann Intern Med. 2008; 148(2): 141-6.

Simon ST, Higginson IJ, Booth S, et al. Benzodiazepines for the relief of breathlessness in advanced malignant and non-malignant diseases in adults. Cochrane Database Syst Rev. 2016; 10: CD007354.

Simon ST, Köskeroglu P, Gaertner J et al. Fentanyl for the relief of refractory breathlessness: a systematic review. J Pain Symptom Manage. 2013; 46(6): 874-886.

Solano JP, Gomes B, Higginson IJ. A comparison of symptom prevalence in far advanced cancer, AIDS, heart disease, chronic obstructive pulmonary disease and renal disease. J Pain Symptom Manage. 2006; 31(1): 58-69.

Uronis H, Mc Crory DC, Samsa G et al. Symptomatic oxygen for non-hypoxemic chronic obstructive pulmonary disease. Cochrane Database Syst Rev. 2011; 6: CD006429.

2017-11-15
Page Reader Press Enter to Read Page Content Out Loud Press Enter to Pause or Restart Reading Page Content Out Loud Press Enter to Stop Reading Page Content Out Loud Screen Reader Support